HISTOIRE &
ARCHÉOLOGIE

La Gascogne épique


La geste des gascons

Bien qu’aucun manuscrit ne semble avoir été composé en leur pays ni en leur langue1, les Gascons2 apparaissent à de nombreuses reprises dans les chansons de geste ; ils en sont même parfois les héros principaux. Dans cet univers littéraire foisonnant, le rôle, le caractère et les fonctions des personnages ne sont jamais figés et varient parfois jusqu’à la contradiction. La géographie est également confuse, et que dire du temps, quand certains héros se retrouvent d’une œuvre à l’autre contemporains de Charles Martel, de Pépin le Bref ou de Charlemagne.

Si les territoires aquitains et gascons s’entremêlent et se confondent sous le nom nébuleux tantôt d’Aquitaine tantôt de Gascogne, c’est clairement l’histoire de cette dernière qui a donné leurs plus grandes « typicités » aux royaumes épiques du Sud-Ouest de la France. C’est pourquoi le corpus ci-dessous présente certains héros dits « aquitains » mais dont la résonnance est bien gasconne – si tant est qu’il soit possible de distinguer un archétype spécifiquement gascon plutôt qu’un archétype gasco-aquitain. Il a été identifié, selon les contextes chrono-culturels dans lesquels prennent place les aventures narrées dans les gestes, trois cycles distincts : un cycle dit aquitain, lié à l’antiquité romaine ; un cycle dit arthurien, lié à la matière de Bretagne3 ; et un cycle dit yonien, lié à la matière de France et dominé par le personnage de Yon.

Cycle aquitain

Cycle arthurien

Cycle yonien

Retour au MuG

Sources, crédits

Auteur :
Textes de Benjamin Caule (OCG).

Notes :
1 Certains ont toutefois émis l’hypothèse d’une production littéraire gasconne disparue qui, après être passée par le languedocien, aurait servi de base à certaines œuvres de langue d’oïl. C’est par exemple ce qu’estime J.-C. Dinguirard pour la geste de Guillaume d’Orange, ou M. L. Babin pour la geste de Fierabras – ce que conteste J. Chambon pour ce dernier cas (Chambon 1997).
2 Et malheureusement bien peu de Gasconnes…
3 Dès le XIIe siècle, la littérature médiévale est classée en trois Matières : la Matière de
France (centrée autour de la France et des Carolingiens), la Matière de Bretagne (centrée
autour de l’île de Bretagne et d’Arthur) et la Matière de Rome (centrée sur la réécriture des
mythes gréco-romains).

Sources principales :
– B. Caùle : La Gascogne mystérieuse : légendes médiévales, 2022.

Données représentatrices de l’état des connaissances en : août 2022