Le gascon, une langue aux multiples facettes

“C’est à la langue gasconne qu’appartient la plus grande partie de la région pyrénéenne, depuis la vallée de Soule, qui est basque, jusqu’à la vallée de l’Ariège, où règne le languedocien. Si à l’exemple d’un de nos meilleurs romanistes, M. Chabaneau, nous qualifions le gascon de langue, ce n’est pas que nous méconnaissions le lien évident qui le rattache à la langue d’oc, c’est en raison du grand nombre de caractères originaux qui lui font une place tout-à-fait à part parmi nos dialectes du Midi. Comme le prouvent certains textes des poètes  et des grammairiens provençaux, nos pères avaient déjà le sentiment de ces particularités du gascon, puisqu’ils voyaient en lui un idiome  indépendant, au même titre que le français, le limousin (langue d’òc), l’italien et le castillan. en effet, le gascon constitue, à certains points de vue, un parler sui generis, intermédiaire entre nos patois de langue d’oc et l’espagnol, avec lequel ses rapports deviennent d’autant plus étroits, pour la phonétique et le lexique, qu’on se rapproche des Pyrénées.”

Achille Luchaire
Études sur les idiomes pyrénéens de la région française

“On sait qu’au Moyen Âge le gascon était considéré, auprès des troubadours provençaux, comme une langue indépendante. Les Leys d’Amors n’hésitent pas à ranger le gascon parmi les langues étrangères : apelam lengatge estranh coma frances, engles, espanhol, gasco, lombard (II,388). Dans le fameux « descort » de Raimbaut de Vaqueiras, composé en cinq langues différentes, le gascon figure à côté du provençal, du français, de l’italien et du portugais. En effet, tous ceux qui se sont donné la peine d’étudier le gascon un peu plus à fond, en pourront nier que cet idiome présente une foule de traits linguistiques tout à fait particuliers. Sans exagérer, on pourra dire que l’originalité du gascon vis-à-vis du provençal n’est pas moins marquée que celle du catalan. Si l’on est habitué à considérer le catalan comme une langue à part, il faudra, certes, rendre le même honneur au gascon.”

Gerhard Rohlfs
Le Gascon – Études de philologie pyrénéenne

“Géographiquement, le gascon est limité approximativement par les Pyrénées, l’océan Atlantique et la Garonne depuis son embouchure jusqu’aux environs de Toulouse. Au sud de cette ville, au confuent de la Garonne et de l’Ariège, la limite ne se confond plus avec la Garonne qu’elle laisse à l’ouest jusqu’aux Pyrénées (distance maxima : une trentaine de kilomètres). […]
Cette différenciation est donc très ancienne et repose manifestement sur une spécificité ethnique. Chacun sait que les historiens anciens s’accordent pour constater la présence en Gaule de peuples différents les uns des autres aussi bien par la langue que les institutions. Au temps de César et au I er siècle après J.-C., les Aquitains, qui avaient dû s’étendre autrefois tout le long de la chaîne pyrénéenne, se distinguaient nettement des Celtes, ou de populations plus ou moins celtisées, dont ils étaient séparés grosso modo par la Garonne. On se rappelle la phrase de César : gallos ab aquitanis garumna flumen dividit. Cette Aquitaine proprement dite, nommée d’abord provincia aquitania tertia, puis Novempopulanie, fut enfin désignée sous le nom de Vasconie, du nom des Vascons, peuple hispanique, ancêtre des Gascons actuels, qui fit au cours du VIème siècle de fréquentes incursions dans le sud-ouest de la Gaule.
C’est donc cette spécifié ethnique qui explique les caractères particuliers du gascon et sa parenté, à laquelle nous avons fait de nombreuses allusions, avec les parlers hispaniques (catalan, castillan, aragonais, portugais) et avec l’euskarien. On pense en effet que la langue des Aquitains était de la même famille que celles des Basques actuels et que son domaine devait s’étendre, du temps de César et de Strabon, à peu près sur tout le territoire où l’on parle aujourd’hui gascon. C’est cet idiome, supplanté par le latin populaire, mais toujours sous-jacent, qui a donné au gascon son système phonique très original et ce fond lexical particulier dont bien des éléments se retrouvent aussi de l’autre côté des Pyrénées.”

Pierre Bec
La langue occitane

Les indispensables

Découvrez votre gascon !